ACTUALITÉS


 

UN STAGE OUVERT A TOUS SUR LA SECURITE A LA CHASSE LE 27 JUILLET 2018

 

La Fédération organise un stage à l'intention de tous les chasseurs désireux de s'informer sur les risques et les obligations en matière de sécurité à la Base Aérienne 126 (commune de Ventiseri) le VENDREDI 27 JUILLET 2018 A 14H00. Durée: 2 à 3 heures. Au programme de ce stage gratuit: bilan et causes des accidents, rappels de balistique, règles de sécurité en battue, obligations règlementaires, responsabilités et assurances. Une information complémentaire sur les mesures d'hygiène et sur les maladies du sanglier (tuberculose, trichinellose, peste porcine africaine,...) sera apportée.

Il faut pour cela obligatoirement s'inscrire auprès de la Fédération AVANT LE 11 JUILLET ici (page contact) ou en appelant au 0495322599 ou par mail (fdc2b@orange.fr) en mentionnant identité, numéro de téléphone, date naissance et numéro d'immatriculation du véhicule prévu pour entrer sur la base. Une pièce d'identité sera exigée le jour du stage.

(mis en ligne le 02/07/18)

 


 

LE PRESIDENT DE L'EXECUTIF CONFIRME SON SOUTIEN DES CHASSEURS DE CORSE POUR LEUR DEMANDE DE REGIONALISATION DE LA CHASSE

 

Dernièrement, à la veille de leur assemblées générales, les Fédérations des chasseurs de Corse ont reçu un courrier de soutien assuré du Président de l'Exécutif de la Collectivité de Corse dans leur demande de prise en compte totale de l'activité chasse par la CdC, en l'occurrence un transfert de compétences dévolues actuellement au Préfet et pour certaines au Ministre chargé de la l'Environnement. Le Président Gilles Simeoni a ainsi confirmé sa volonté de  se battre pour enfin parvenir à cette revendication, avec l'appui précieux et indispensable de la Fédération nationale des chasseurs (FNC).

(mis en ligne le 28/04/18)

 


TESTS D'APTITUDES NATURELLES POUR L'EPAGNEUL BRETON ET EXPOSITION REGIONALE POUR EPAGNEUL BRETON, POINTER & KORTHALS DANS LE CAP CORSE LES 14 & 15 AVRIL 2018

 

Samedi 14 et Dimanche 15 avril 2018 tous les amoureux de l'Epagneul breton en Corse ont rendez-vous à Siscu et Petracurbara.

Au programme Test d'Aptitudes Naturelles, Field d'initiation (samedi) mais aussi exposition régionale de 3 races (dimanche): Epagneul breton, Pointer et Korthals.

 

Les inscriptions sont à réaliser avant le 12 avril (formulaires avec programmes ci-dessous).

Pour plus d'informations contacter Alain Bertolozzi au 06 08 82 37 52 .

Télécharger
Engagement TAN 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 276.7 KB
Télécharger
Inscription exposition 3races2018.pdf
Document Adobe Acrobat 558.8 KB

(mis en ligne le 20/03/18)


LES BUREAUX DE LA FEDERATION DES CHASSEURS SERONT FERMES FIN DECEMBRE 2017

 

(mis en ligne le 22/12/17)


LE PRESIDENT DES CHASSEURS DE FRANCE POUR LA PREMIERE FOIS EN VISITE EN CORSE : DES DEBATS CONSTRUCTIFS AU PLUS HAUT SOMMET DE LA CHASSE ET DE LA COLLECTIVITE

 

Accueillie dimanche dernier à Poretta par le Président Jean-Baptiste Mari, une délégation de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) est venue rendre visite aux chasseurs de Corse à la demande des fédérations des chasseurs insulaires. Willy Schraen, Président de la FNC, accompagné de Thierry Cabanes (administrateur) et Charles Lagier (avocat) sont venus ainsi nouer des relations qui n'en doutons pas seront appeler à se développer et à s'enrichir au service de la chasse et des chasseurs de Corse.

Tandis que le Président Schraen devait expliquer sa vision de la chasse en France, et les retombées positives pour les chasseurs corses, les Présidents Mari et Ettori ont tenté de faire un état des lieux objectif des réalités actuelles de la chasse corse, de ses problèmes et des solutions qui commencent à être ébauchées pour en sortir.

Dans ce cadre le Président de l'Exécutif Gilles Simeoni, accompagné de Agnès Simonpietri, Présidente de l'Office de l'Environnement, qui organisaient la réunion à Bastia, ont à leur tour évoqué les différents chantiers juridiques et législatifs auxquels il allait falloir s'atteler pour y parvenir. De la même manière, le Président Schraen et ses collaborateurs, particulièrement au fait des rouages des milieux décisionnaires "parisiens", devaient apporter un précieux éclairage pour définir les meilleures stratégies de travail. Dans cette optique il est apparu évident que les actions de la future Collectivité Unique de Corse et celle de la FNC devaient se faire de manières concertée et complémentaire afin que tous tirent dans le même sens. Les domaines dans lesquels les actions vont se porter dans un premier temps sont :

- Organisation territoriale de la chasse : transfert des compétences réglementaires en matière de chasse des Préfets vers le Président de l'Exécutif (périodes d'ouverture, nuisibles, etc.)

- Création d'un outil juridique spécifique à la Corse permettant de faciliter le regroupement du droit de chasse dans toutes les communes où les chasseurs souhaitent s'organiser pour gérer l'activité cynégétique

- Règlement de certains dossiers appelés à se fossiliser dans des tiroirs du Ministère chargé de l'Ecologie si rien n'est fait, comme la chasse jusque fin février pour trois espèces migratrices, les changements des statuts juridiques du Cerf , du Mouflon de Corse ainsi que de la Corneille mantelée.

 

Le Président Schraen a enfin bien expliqué sa volonté et sa méthode pour faire revenir une partie de l'argent des chasseurs vers les chasseurs et au service de la chasse, et non plus dans les méandres d'une administration qui non seulement n'agit pas dans l'intérêt cynégétique, mais pire, qui parfois le combatte !

 

(mis en ligne le 24/10/17)


ETUDE GENETIQUE DES PERDRIX ROUGES DE HAUTE-CORSE: PREMIERS RESULTATS

 

 

Les tout premiers résultats des analyses des perdrix échantillonnées en 2016 viennent de nous parvenir d'Antagène et l'IMPCFPlus de détails dans notre rubrique "Suivis et études"

 

(mis en ligne le 17/10/17)

 


L'ETUDE GENETIQUE DES PERDRIX ROUGES CONTINUE!

 

 

 

Chaque chasseur de perdreaux pratiquant dans une des 4 zones d'étude du département est de nouveau invité à participer à ce travail, où il suffit de stocker au congélateur pour chaque perdrix ramenée une aile entière dans une enveloppe où on inscrit la commune, le lieu-dit et la date. Sont concernés l'Agriate, la bas de la vallée de l'Ostriconi, le Niolu et la Restonica, et la zone du Cortenais comprise entre Santa Lucia di Mercurio et Castirla-Omessa. Plus de détails dans notre rubrique "Suivis et études". Merci de faire passer le mot!

 

 

(mis en ligne le 11/09/17)

 


AUTORISATION DE LA CHEVROTINE EN CORSE: LES ARGUMENTS NE MANQUENT PAS

 

 

A l'heure actuelle le Ministre de la transition écologique et solidaire devrait être sur le point de publier l'arrêté triennal autorisant l'emploi en Corse de la chevrotine pour la chasse du sanglier en battue. Les Fédérations des chasseurs de Haute-Corse et de Corse-du-Sud sont ainsi appelées à devoir demander régulièrement cette dérogation qui se justifie pleinement en Corse. Rappelons ici les principaux arguments à cette requête, qui sans aucun doute l'emportent toujours sur une interdiction pure et dure qui serait imposée du jour au lendemain!

 

1) La chevrotine correctement manipulée n’est pas plus dangereuse pour les personnes que la balle.

Dans le contexte corse c’est même le contraire. La meilleure démonstration en est que les accidents en battue de grand gibier ne sont heureusement pas plus nombreux en Corse qu’ailleurs, alors qu’il s’agit d’une des régions où le nombre de sangliers prélevés par chasseur est le plus important (voir les bilans annuels produits par l’ONCFS) . On peut même se réjouir au contraire cette dernière décennie de l’absence d’accident mortel en battue, grâce en particulier aux gros progrès qui ont pu être faits par leurs organisateurs. De plus, dans le cas (heureusement extrêmement rare) où un manquement aux règles de sécurité élémentaires devait survenir (indépendants de la munition utilisée!) aboutissant à un impact sur une personne, la blessure serait sans commune mesure plus grave avec la balle que celle occasionnée par une chevrotine, et plus probablement létale. De plus, alors qu’une balle est en mesure de poursuivre sa course sur des kilomètres (près de 4 km pour le calibre 7x64,  1.3km en calibre 12), les chevrotines même les plus grosses auront toutes chuté avant 700 mètres, et encore bien moins bien sûr pour celles qui auraient rencontré une branche en chemin.

 

2) La chevrotine est une munition efficace dans les formations végétales particulières à la Corse.

Le maquis qui est une formation végétale particulière à la Corse, conjugué au relief accidenté, obligent les tireurs d’une battue à tirer les sangliers à des distances en moyenne beaucoup plus faibles (souvent moins de 10 mètres) que sur le continent. Le pouvoir létal de la chevrotine sur le sanglier à ces distances fait peu de doutes, à la fois dans les études balistiques (a) et dans le vécu de tous les chasseurs insulaires.

 

3) Un arrêt de l’usage de la chevrotine conduirait à l’augmentation des populations de sangliers et à leurs dégâts.

Une régulation suffisante du sanglier (espèce en Corse introduite par l’homme) apparaît plus que jamais vitale pour la survie de certaines exploitations agricoles et même la sauvegarde de certains écosystèmes fragiles. Les tableaux de chasse comme les populations de sangliers en Haute-Corse ont plus que triplé entre les années 80 et le début des années 2000 (b), tout comme les dégâts. Le pourcentage de sangliers manqués lors de tirs à balle étant nettement supérieur à celui obtenu avec l’usage des chevrotines, une obligation inédite du tir à balle conduirait à faire chuter cette régulation indispensable du suidé dans l’île et augmenterait en conséquence de façon importante le niveau de ses populations et donc des dégâts qu’elles occasionnent aux cultures.

 

4) Le tir à balle rendu obligatoire en Corse conduirait à l’inverse à l’apparition d’accidents de chasse mortels.

L’imposition brutale du tir à balle à tous les chasseurs de sanglier dans l’île, encore jamais vue depuis qu’on y tire au fusil, conduirait certainement à plusieurs accidents mortels. En effet certains comportements de tir avec chevrotines qui s’avèrent dangereux pour les personnes mais aboutissant à peu ou aucune blessure, entraineraient sans nul doute beaucoup plus de dégâts si les mêmes tirs étaient effectués à balle. Les fédérations des chasseurs insulaires par leurs efforts de sensibilisation et de formation ont réussi à faire chuter le nombre d’accidents et le nombre d’accidents mortels. Un nombre croissant de chasseurs, en particulier les jeunes, choisissent aujourd’hui de tirer à balle, tandis que les plus anciens en revanche privilégient toujours la chevrotine. Aujourd’hui utilisateurs de la chevrotine et utilisateurs de la balle se complètent très bien au sein d’une battue, certains postes étant toujours mieux destinés à une des deux munitions.

 

 

a: étude disponible à : http://www.fedechasseurslandes.com/IMG/pdf/essais_chevrotines_definitif.pdf

b: Anonyme, 2011. Schéma départemental de gestion cynégétique de la Haute-Corse, saisons 2011-2012 – 2017-2018. Fédération Départementale des Chasseurs de la Haute-Corse, Bastia.

 

 

 

(mis en ligne le 09/06/17)

 


DECHETS DE SANGLIERS :

TOMINU A LA POINTE EN CORSE !

 

 

Cette saison a vu se réaliser la première fosse maçonnée digne de ce nom pour traiter tous les déchets issus du dépeçage des sangliers. Il revient à la société de chasse de Tominu et à son Président Paul Geronimi l’honneur d’avoir construit et géré d’une manière exemplaire ce type d’installation qui résout, dans les communes où les chasseurs sont décidés à prendre ce problème au sérieux, le gros problème du traitement des peaux et des tripes de sangliers. Pour moins de 1500€ (subventionnés à 80% comme pour toutes les sociétés de chasse!) le Président Geronimi a voulu aussi que son installation puisse servir d’exemple et il s’est dit prêt à montrer aux intéressés sa réalisation qui devrait permettre, grâce à la chaux vive, de traiter une centaine de sangliers par an.

 

Voir plus de détails à l'onglet «Améliorations cynégétiques - Vu sur le terrain »

 

(mis en ligne le 05/03/17)