ÉTUDE DE LA MIGRATION PRÉNUPTIALE DE MIGRATEURS TERRESTRES

Comme chaque chasseur aujourd’hui le sait, la Directive européenne « Oiseaux » dicte aux Etats membres les conditions dans lesquelles la chasse des migrateurs peut s’exercer. Parmi elles figurent avant tout les périodes de chasse qui ne doivent pas concerner entre autres la migration de retour.

 

Afin de définir précisément la chronologie de cette migration prénuptiale chez les turdidés chassables (grives et merle noir), la FDCHC a procédé durant plusieurs années, et dans le cadre de son action au sein de l’IMPCF au fonctionnement de stations automatiques d’enregistrement (magnétophone et parabole) à la pointe nord du Cap Corse grâce à la collaboration de la société de chasse d’Ersa. C'est grâce à ce travail notamment que les chasseurs n'ont plus la chasse des grives et merles stoppant au 31 janvier. En janvier 2016 la FDCHC a réactivé ce type d’études mais sous une autre forme. Sont concernées cette fois-ci par le protocole IPIKA non seulement les Grives et le Merle noir, mais aussi l’Alouette des champs et le Pigeon ramier. La méthodologie qui a fait ses preuves par le passé et mise au point par l’IMPCF consiste à compter dans trois types de milieux différents (bois, maquis, cultures) les espèces concernées de façon visuelle et auditive, une fois par décade du 1er janvier au 31 mars.

Rappelons enfin que chaque chasseur peut à son propre niveau contribuer à la connaissance des migrations et à leur suivi en partageant ses observations de terrain sur le site de l'Observatoire Européen Cynégétique et Scientifique Citoyen spécialement créé à cet intention par l'IMPCF.